Loi de la région commune

Comment définir un groupe, au-delà d'un espace physique ?

Concept

J'aime transposer des concepts à des contextes très différents de leur origine pour en générer des apprentissages nouveaux. Les lois du design d'expérience utilisateur sont un bon vivier à adapter au développement personnel et professionnel.

Voici1 la loi de la région commune, qui dit2 :

Des éléments tendent à être perçus comme faisant partie d'un groupe lorsqu'ils partagent une zone avec une frontière bien définie

Réaction

Le regroupement d'individus dans une même zone définie peut avoir beaucoup d'origines. En fonction de la nature de cette origine, les impacts sur le groupe n'ont pas la même profondeur.

En utilisant les niveaux logiques3 :

  • (environnement) si les gens se retrouvent dans le même lieu pour des raisons arbitraires, le groupe a une compacité faible : p. ex. les passagers d'une même rame de métro4
  • (comportement) lorsque les gens se retrouvent parce qu'ils ont un comportement en commun, le groupe commence à se définir : p. ex. dans une même cellule de dégrisement, on trouvera des gens ayant tous abusé de quelque chose, même si leurs raisons peuvent être très différentes
  • (capacité/compétence) lorsque les gens se retrouvent parce qu'ils ont une compétence commune, le groupe est déjà plus visible : p. ex. dans une même conférence5
  • (croyance/valeur) lorsque les gens se retrouvent parce qu'ils croient la même chose, alors le sentiment d'appartenance est beaucoup plus fort : p. ex. sur un lieu de culte, ou dans une manifestation
  • (identité) lorsque des gens sont au même endroit, car ils ont en commun une partie d'eux-mêmes, alors le groupe est évident et très fort : p. ex. une famille ou un groupe identitaire

Au travail, un groupe qui ne partage qu'un bureau sera peu dense. En revanche, s'il partage une vision et une mission communes, alors le groupe sera beaucoup plus compact, car il sera connecté à un haut niveau logique.

C'est une raison fréquente de sollicitation pour un coaching d'équipe, notamment après une réorganisation. En remontant ensemble les niveaux logiques, on se reconnecte à tout ce qu'on a de commun.

Ainsi, une culture d'organisation forte va avoir tendance à aligner un certain nombre de niveaux logiques.

Mais comment éviter de diminuer la diversité, de normaliser les comportements et les croyances et de lisser les spécificités de chacun ?

Je crois que la clé se trouve dans la volonté de se retrouver sur le haut des niveaux logiques, principalement les valeurs, et de laisser le bas vivre et bouger naturellement. L'alignement doit être vertical plutôt qu'horizontal.6

Invitation

Qu'est-ce qui serait différent si je cherchais plus souvent dans mon groupe une forme d'alignement vertical pour le compacifier ?


  1. Ceci est l'entrée 7 sur le thème de la transposition des lois de l'UX. ↩︎

  2. Traduction personnelle de la loi décrite ici. Issue des lois de regroupement de la Gestalt : J. Banerjee, « Gestalt Theory of Perception », Encyclopaedic Dictionary of Psychological Terms, 1994. ↩︎

  3. À relire : niveau logiques↩︎

  4. Dans ce cas, ils ont tout de même un petit lien : p. ex., ils se retrouvent peut-être tous les matins, ils travaillent dans la même direction, ils choisissent les transports en commun plutôt que la voiture, etc. Il n'est pas évident de définir un groupe à ce niveau. En essayant d'ajouter le hasard, je me suis dit que les gagnants d'une loterie seraient dans un tel groupe, mais ils ont partagé à un moment l'envie de jouer ou la croyance qu'ils pouvaient gagner. Peut-être un jury tiré au sort dans la population pour des assises ? Le groupe est peu compact initialement, mais ils vont partager la tâche de rendre un verdict et donc quelque chose de plus fort va vite prendre le dessus… ↩︎

  5. Ils auront au moins un sujet facile de discussion. ↩︎

  6. Entre les valeurs et les comportements d'une même personne, plutôt qu'entre les comportements de chacun. ↩︎