Changer de perception

C'est souvent beaucoup plus facile et productif que de travailler sur la réalité

Avec un ami, il nous arrive de former des gens à des techniques d'innovation et à cette occasion il y a un exemple d'ingéniosité que nous aimons prendre :

Supposons que vous soyez un concepteur d'ascenseur il y a quelques décennies et que les gens se plaignent que le trajet est un peu trop long. Vous pouvez essayer de le rendre plus rapide – en essayant d'utiliser des moteurs plus puissants, avec des cables plus solides, etc. – ou bien vous pouvez installer un miroir dans l'ascenseur. Les gens vont avoir tendance à se regarder dedans et cela va les occuper. La perception du temps passé dans l'ascenseur va diminuer…1

Cet exemple montre l'intérêt de ne pas travailler tout le temps sur la réalité mais plutôt sur la perception de la réalité. La transposition dans notre contexte de développement personnel et interpersonnel est facile.

La réalité est souvent hors de notre zone de contrôle. On voudrait pouvoir la changer – c'est d'ailleurs la principale source de notre souffrance – mais c'est souvent impossible.

Travailler sur notre perception est souvent plus accessible car elle ne dépend que de nous !

Je ne dis pas que c'est une chose facile. Elle est l'héritage d'un passif important : elle porte le poids de nos biais, nos modèles mentaux et nos croyances… Ceux-ci rendent le changement parfois très difficile à mettre en place. Mais il suffit parfois d'une brèche dans la digue pour amorcer un changement salvateur. C'est un sujet que nous travaillons couramment en coaching.

Mais surtout, n'oublions pas2, qu'au fond, la réalité n'existe pas3 ! Nous en construisons une image à travers le filtre déformant de nos perceptions.

Et si on essayait de prendre une partie de l'énergie que l'on dépense à tenter de rendre le monde à l'image de ce que l'on souhaite et de l'investir « chez l'opticien » dans une nouvelle paire de lunette à travers laquelle voir le monde ?


  1. Il y a beaucoup d'autres raisons pour lesquelles c'était une bonne idée de mettre un miroir : sécurité, claustrophobie, etc. ↩︎

  2. C'est un sujet que j'ai évoqué à plusieurs occasions déjà : à propos des histoires qu'on se raconte, des inférences que l'on a sur le monde, de la manière dont on peut changer de monde très facilement ou encore de la pronoïa. ↩︎

  3. Y a-t-il une réalité qui existe ? C'est une question que je me pose régulièrement et à laquelle je ne trouve pas encore de réponse. Peut-être celle des mathématiques ? ↩︎