Effet Zeigarnik

Se concentrer sur le négatif à en oublier nos capacités – #UX 20/20

Cet apprenti-sage fait partie d'une série où j'explore la transposition de lois de l'UX design1 à la relation intra- et inter-personnelle – notamment dans le contexte du coaching.


Dans le contexte de l'UX, cette loi dit2 :

Les gens se souviennent plus volontiers de tâches incomplètes ou suspendues que de tâches terminées

Ça peut avoir un effet positif sur la motivation lorsque l'on associe quelque chose d'incomplet comme une opportunité.

Mais en général, ça n'est pas comme ça qu'on voit les choses : on va ainsi avoir tendance à plutôt se souvenir de nos échecs – les choses que nous avons laissées en plan – que de nos réussites – celles que nous avons terminées.

Il y a un lien fort avec l'aversion à la perte, théorisée notamment par Daniel Kahneman3, qui dit qu'on a tendance à préférer éviter une perte qu'avoir un gain du même montant. En bref, on se concentre naturellement sur le côté négatif.

C'est pour ça qu'en coaching, la seule que nous ayons à faire, le plus souvent, c'est reconnecter le coaché à ses ressources. Ses ressources, ce sont ses compétences, ces expériences positives passées, ses qualités. À un moment, pour une raison quelconque4, le coaché s'est coupé de ça : il a juste oublié qu'il savait faire les choses.

Une façon de l'aider à en reprendre conscience est de lui faire se souvenir de ses accomplissements passés et des qualités qu'il a déployé à ces occasions. Voire d'aller les revivre, afin de le booster. Un simple exercice de cette nature peut avoir des conséquences vraiment surprenantes.5


  1. l'UX (qui vient de l'anglais User eXperience) est l'expérience que l'utilisateur a en interagissant avec un produit/service. et l'UX design est la conception de telles expériences satisfaisantes ↩︎

  2. traduction personnelle de la loi décrite ici ↩︎

  3. encore lui ! On lui doit aussi le système 1 / 2 de fonctionnement du cerveau, déjà rencontré dans cet apprenti-sage sur l'empathie et dans son livre : Kahneman, D. (2012). Thinking, fast and slow. Penguin Books. ↩︎

  4. souvent, on accorde trop d'importance à la source du problème ↩︎

  5. effet que j'ai déjà évoqué à propos du principe de Pareto ↩︎