La vie est bien trop courte

Concentrer son énergie sur l'essentiel pour ne pas la gâcher

Jolie pensée d'Alexandre Jollien, dont je suis décidément très fan :

La vie est bien trop courte pour perdre son temps à se faire une place là où l’on en a pas, pour démontrer qu’on a ses chances quand on porte tout en soi, pour s’encombrer de doutes quand la confiance est là, pour prouver un amour à qui n’ouvre pas les bras, pour performer aux jeux de pouvoir quand on n’a pas le gout à ça, pour s’adapter à ce qui n’épanouit pas. La vie est bien trop courte pour la perdre à paraître, s’effacer, se plier, dépasser, trop forcer.

Quand il nous suffit d’être, et de lâcher tout combat que l’on ne mène bien souvent qu’avec soi, pour enfin faire la paix, être en paix. Et vivre. En faisant ce qu’on aime, auprès de qui nous aime, dans un endroit qu’on aime, en étant qui nous sommes, vraiment.

Ça résonne beaucoup.

Surtout en ce moment où je décide de m'installer dans un endroit plus paisible au contact de la nature et où je concentre mon énergie professionnelle sur un programme de développement personnel au service des organisations. Il a pour but de nous aider à être qui nous sommes dans tous les contextes mais notamment au boulot. Et ça, pour moi, c'est faire ce que j'aime.

Le reste, je crois que je l'ai déjà.