Loi de Brandolini

Au sujet de la diffusion des idioties, il vaut mieux prévenir que guérir

Un informaticien italien, Alberto Brandolini, a donné son nom en 2013 au principe d'asymétrie des idioties :

La quantité d’énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d’un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire.

À l'heure des fake news, du complotisme et de leur diffusion explosive1 sur les réseaux sociaux2, cette loi est à l'œuvre dans notre quotidien. Plusieurs raisons sont données à cette asymétrie3 :

  • Asymétrie de l'impact : l'effet Streisand assure que la publicité donnée à une idiotie contribue à la propager et à la rendre plus puissante
  • Asymétrie de la rétention mnésique : l'idiotie entre en premier dans notre mémoire et y laisse une trace plus profonde que les tentatives de démontage qui vont suivre
  • Asymétrie de l'onction : celui qui tente de démonter une fausse idée est vu comme un rabat-joie alors que celui qui l'aura diffusé aura une bonne image

Dans mon contexte, on peut parfois observer ce phénomène au sujet des croyances limitantes.

Je dis ça sans présager de l'intention derrière, du coup je ne considère pas du tout qu'elles soient systématiquement des idioties ! Les croyances qui sont limitantes aujourd'hui ont pu être aidantes par le passé. Ce qui n'empêche pas de penser, après les avoir transformées : « mais c'était complètement idiot de penser ça. »

C'est valable au niveau individuel – « de toute façon je suis nul », « on n’est jamais mieux servi que par soi-même », etc. – comme collectif – « il faut souffrir pour être belle », « la technologie nous sauvera de l'effondrement écologique », etc.

Une des raisons pour lesquelles elles sont parfois si dures à transformer est qu'elles ont été renforcées pendant longtemps. Le sillon est profond, car on a développé notamment des biais de confirmation qui modifient notre perception et confortent nos points de vue. Ça n'est pas systématique en revanche : il arrive aussi que la durée de transformation d'une croyance très ancrée soit très rapide.4

En fin de compte, ça pose la question d'essayer d'enrayer ce phénomène le plus tôt possible pour éviter un travail surhumain de démontage ensuite. Dans notre contexte, je crois que ça passe notamment par le développement, dès le plus jeune âge, d'une intelligence émotionnelle – notamment grâce à la CNV5, par des ateliers philosophiques dans les écoles6, etc.


  1. les fausses informations se diffuseraient 6x plus rapidement ↩︎

  2. à ce sujet, on peut citer le livre – que je n'ai pas lu : Bronner, Gérald. La démocratie des crédules. 1. éd. Paris : PUF, 2013. ↩︎

  3. voir notamment sur cet article ou celui-ci. ↩︎

  4. c'est l'un des présupposés de l'approche de thérapies orientées solutions de Bill O'Hanlon dont ma pratique de coaching est fortement inspirée ↩︎

  5. Marshall Rosenberg nous a montré la voie ! ↩︎

  6. bravo à la SEVE ! ↩︎