Rasoir d'Ockham

…et son extension, le Rasoir de Le Gendre 😇 – #UX 12/20

Cet apprenti-sage fait partie d'une série où j'explore la transposition de lois de l'UX design1 à la relation intra- et inter-personnelle – notamment dans le contexte du coaching.


Dans le contexte de l'UX, cette loi dit2 :

Parmi toutes les hypothèses expliquant aussi bien un phénomène, il faut privilégier celle qui fait le moins de suppositions

Cette loi est très connue, notamment sous d'autres variantes, qui disent finalement toutes la même chose : pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ? et plus précisément, commençons par regarder les explications les plus simples.

Dit encore dans un autre langage, faisons le moins d'inférences possibles.3

Il est primordial d'appliquer ce principe lorsque l'on cherche à comprendre le comportement de quelqu'un d'autre. C'est un contexte où l'on va nécessairement faire beaucoup d'inférences. On va même peut-être projeter4 des choses sur l'intention de l'autre. Dans ce cadre, privilégions toujours la simplicité.

Mais j'irai encore plus loin que ça : dans ce cadre, privilégions toujours la meilleure intention chez l'autre.

Car au fond, je ne crois pas qu'il y ait de mauvaise intention. Il peut y avoir des intentions que l'on ne comprend pas, des intentions centrées sur soi plus que sur les autres, des intentions qui se traduisent par des actions dramatiques mais qui au fond, dans la conscience de l'autre, sont extrêmement pures.

Je sais que c'est un sujet assez controversé, où en tout cas compliqué à discuter, car quand on voit le mal qui peut être fait dans le monde, on peut se dire que toute intention n'est pas bonne. Mais on dit bien que l'enfer est pavé de bonnes intentions. Ici, on va juste un cran plus loin en disant qu'il n'y a que ça, des bonnes intentions.

Appelons ça le Rasoir de Le Gendre56 !


  1. l'UX (qui vient de l'anglais User eXperience) est l'expérience que l'utilisateur a en interagissant avec un produit/service. et l'UX design est la conception de telles expériences satisfaisantes ↩︎

  2. traduction personnelle de la loi décrite ici ↩︎

  3. les inférences sont des suppositions dont on est raisonnablement sûr ↩︎

  4. les projections sont l'ensemble des pensées qui font partie de nous et que nous attribuons, en général inconsciemment, à l'autre. ↩︎

  5. si seulement ! 😇 ↩︎

  6. ajout : on me souffle à l'oreillette (merci Didier) que ce présupposé d'intention positive est déjà très présent explicitement dans la PNL… donc on devrait appeler ça le Rasoir de Bandler et Grinder (ses inventeurs)… ↩︎