Trouver le temps ou bien le prendre

…voire même se le donner

J'entends régulièrement des gens me dire (ou à d'autres) : « Comment trouves-tu le temps de faire tout ça ? ».

Et j'ai envie de leur répondre : « Je ne l'ai pas trouvé, je l'ai pris. »

Passer de l'un à l'autre, c'est passer d'une vision passive à une vision active.

Dans le premier cas, on laisse s'établir une relation de soumission au temps : comme si les moments que l'on prend pour soi ou ses projets sont des moments volés, extrêmement chanceux. On subit notre rapport compliqué au temps.

Dans le second cas, on reprend la main. On se remet en position de décision.

Mais ça reste dans une relation de conflit avec le temps je trouve. C'est un changement de niveau 1 (on ne sort pas du cadre).

Le véritable changement (de niveau 2 donc) est de « se donner le temps ».

On passe dans une vision générative du rapport au temps, une vision généreuse.

PS : si on ajoute à tout ça que notre temps est très limité, on voit l'importance de changer de rapport : environ 700 000 heures à vivre au total (surtout que quand on commence à en prendre vraiment conscience, on en a déjà cramé un tiers ou la moitié…)