Comment sont les gens ?

Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes.

Il y a quelques jours, on m'a reparlé de cette petite fable, d'origine inconnue1 – certains disent soufie.

Il était une fois un vieil homme, assis à l'entrée d'une ville d'Orient. Un jeune homme s'approcha et lui dit :
— Je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieil homme lui répondit par une question :
— Comment étaient les gens dans la ville d'où tu viens ?
— Égoïstes et méchants. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'étais bien content de partir, dit le jeune homme.
Le vieillard répondit : tu trouveras les mêmes gens ici.

Un peu plus tard, un autre jeune homme s'approcha et lui posa exactement la même question.
— Je viens d'arriver dans la région. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ?

Le vieil homme répondit de même :
— Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d'où tu viens ?
— Ils étaient bons et accueillants, honnêtes, j'y avais de bons amis. J'ai eu beaucoup de mal à la quitter, répondit le jeune homme.
— Tu trouveras les mêmes ici, répondit le vieil homme.

Un marchand qui faisait boire ses chameaux non loin de là avait entendu les deux conversations. Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s'adressa au vieillard sur un ton de reproche :
— Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ?
— Celui qui ouvre son cœur change aussi son regard sur les autres, répondit le vieillard. Chacun porte son univers dans son cœur.

Il y a toujours une partie de moi que trouve ce genre de conte un peu gentil – dans un sens péjoratif… C'est la même partie qui réagit assez hautement à tous les partages un peu inspirationnels qu'on peut lire sur les réseaux sociaux2

Néanmoins, ça n'est pas la seule partie en moi. Je trouve aussi ce genre de paraboles assez marquantes finalement. Elles font passer simplement un message profond – ça n'est pas un hasard si l'une des grandes religions les utilise en grands nombres.

Anaïs Nin écrivait la même chose : « nous ne voyons pas les choses comme elles sont. Nous les voyons comme nous sommes. »

Lors des formations que je donne avec Champs Libres3, on passe beaucoup de temps à prendre conscience de ce sujet. À mettre l'attention sur les paires de lunettes que nous portons et sur la distorsion qu'elles créent, sans souvent qu'on s'en rende compte. Nos croyances – l'ensemble des choses que l'on croit sur le monde et sur nous-mêmes – sont un filtre très déformant.


  1. Je crois, sans avoir vérifié, que je l'ai lue pour la première fois ici : Frédéric Lenoir, L'Âme du monde, 2015. ↩︎

  2. Je passe un peu de temps sur LinkedIn où ces messages apparaissent aussi, mais je ne m'expose heureusement pas à leur présence, il paraît foisonnante, sur Facebook ou Instagram ! ↩︎

  3. Plus d'information sur Champs Libres ↩︎