Ils sont notre travail

Ils ne l'interrompent pas, ils le sont.

J'ai reçu il y a quelques jours un article dans une newsletter1 – très inspirée du stoïcisme2 – pour papa. Il commençait par :

Bryan Caplan est un professeur d'économie très occupé. Il est aussi le papa très occupé de quatre enfants, à qui il fait maintenant l'école à la maison. Est-ce qu'avoir autant d'enfants et superviser autant d'éducation a eu un impact sur sa carrière ? Probablement. Mais comme il aime à le répéter à ses étudiants et à ses enfants : « Vous n'êtes pas une interruption de mon travail. Vous êtes mon travail. »

Quel est mon travail aujourd'hui ?

Je pourrais être tenté de croire que c'est accompagner des individus, des équipes ou des organisations, pour les aider à passer un cap, avec des coachings, des formations ou des ateliers d'intelligence collective. C'est quelque chose que j'adore faire et qui me rapporte de l'argent, oui.

Mais Bryan Caplan me rappelle à la réalité : mon travail aujourd'hui, c'est d'élever des enfants afin qu'ils deviennent des adultes géniaux : épanouis et fonctionnels.

Hier, mon fils est venu me voir dans mon bureau alors que j'étais en train d'écrire et qu'il devait être en temps calme – il a quatre ans et demi. J'étais content d'avoir eu cette piqure de rappel pas longtemps avant… J'aurais pu naturellement l'inviter à retourner à l'étage, pendant que je continuais mon travail. À la place, nous sommes partis tous les deux bricoler dans le garage… et nous avons passé un très bon moment ensemble : génial pour moi, et peut-être fondateur pour lui… ou pas.

Et en vrai, c'est encore plus facile pour moi que pour Bryan Caplan : mes enfants vont à l'école et je me lève 1 h 30 avant eux tous les jours. Donc j'ai déjà de nombreuses heures dans la semaine pour mon autre travail, le secondaire, celui qui me fait gagner ma vie, mais pas celui qui me fait vivre.

Pour résumer : une superbe croyance aidante que j'ai vraiment envie de garder précieusement à cœur.


  1. Lire l'article (en anglais). ↩︎

  2. À relire : pensées pour lui-même , ce qui dépend de toi et indifférents préférés . ↩︎