Messages vers le futur

Mon rôle de père a un impact sur le monde d'aujourd'hui, mais surtout celui de demain

Un billet récent1 d'une newsletter sur la paternité inspirée du stoïcisme commence par cette citation de Neil Postman2 :

Les enfants sont des messages vivants que nous envoyons vers une époque que nous ne connaîtrons pas.

Et il pose la question de mon rôle dans le monde. Car si je veux avoir un impact sur le monde, la solution commence à la maison, avec moi, avec les messages que j'envoie à travers mes enfants sur ce qui est important, la façon dont une personne devrait se comporter et ma vision du changement.

Et ces messages existent principalement à travers mon enseignement et ma capacité à leur raconter des histoires, mais surtout mon exemple. La modélisation, notamment pour les enfants, est un facteur puissant d'apprentissage. S'ils me voient, au quotidien, faire des choix sur ce que je veux valoriser dans la vie et ce que je décide de ne pas poursuivre, me comporter de façon honnête, disciplinée3 et joyeuse et porter une vision d'un monde plus conscient, alors cela va infuser en eux. Ils en feront ce qu'ils voudront, mais cela aura une influence positive. Et surtout, je me dois de leur expliquer mes choix et le fait qu'ils sont notamment liés à eux, à la vision d'un monde meilleur que je voudrais pour eux.

Thomas d'Ansembourg, qui transmet la Communication Non Violente4 au monde avec des livres5 et des formations, m'a touché lorsqu'il a dit dans une interview5 : au début, quand j'ai découvert la CNV, je pensais que c'était la chose la plus importante du monde et qu'elle allait le changer en profondeur. Puis j'ai constaté à quel point c'était dur et peut-être vain. Aujourd'hui, je suis content si j'arrive à me changer moi-même, idéalement à aider ma famille proche dans ce sens, notamment en arrêtant des trains générationnels à mon niveau, et enfin en essayant de la transmettre à des personnes intéressées.

Il parlait du même phénomène avec une dimension temporelle additionnelle. Déjà, j'essaie d'arrêter à mon niveau des trains générationnels – ces problèmes familiaux qui se transmettent de génération en génération. Ces messages, porteurs de souffrance et souvent inconscients, ont été envoyés par des gens du passé vers leur futur et j'ai le pouvoir de les arrêter avec moi, plutôt que de les transmettre à nouveau. Et c'est probablement déjà le signe d'une vie réussie6 !

Et si j'y arrive, ou bien si j'ai peu de trains à arrêter, je peux me concentrer sur les messages positifs que je veux envoyer vers le futur à travers mes enfants. Eux-mêmes auront des enfants et influenceront des gens : les impacts sont exponentiels.

Je m'invite à me poser trois questions :

  • Quels principes est-ce que je voudrais voir incarnés ?
  • Quels sont les messages que je veux envoyer ?
  • Est-ce que c'est bien ça que j'envoie aujourd'hui ?

Car mes enfants sont mon travail7, et le monde peut en devenir meilleur.


  1. Lire l'original (en anglais). ↩︎

  2. Neil Postman, The Disappearance of Childhood, 1982. ↩︎

  3. À relire : guerrier de la lumière et prédécision . ↩︎

  4. À relire : communication non violente . ↩︎

  5. Je paraphrase, la vidéo est ici et hautement recommandée. ↩︎

  6. À relire : réussir . ↩︎

  7. À relire : ils sont notre travail . ↩︎