Principe de la 7e génération

Considérer l'impact de ses décisions sur les 150 prochaines années

Les Iroquois1 ont pour coutume de prendre des décisions en considérant l'impact que cela aura sur la 7e génération qui les suivra.

Ce principe de la 7e génération serait apparu à l'époque de la rédaction de la constitution de la confédération Haudenosaunee – le vrai nom indigène des Iroquois – entre le XIIe et le XVIe siècle en Amérique2.

Il permet de s'assurer que les décisions prises sont durables et ne mettent pas en danger le futur de leur nation. J'avais même entendu que dans certaines prises de décisions collectives, une personne incarnait symboliquement la 7e génération et défendait ses intérêts, mais je n'arrive pas à confirmer cette information.

Dans tous les cas, cela semble une façon de décider très pertinente, surtout aujourd'hui où le développement durable est au cœur de préoccupations de beaucoup d'entre nous. Ce principe a d'ailleurs été récupéré par des communautés actives sur ces sujets. Mais on ferait bien de s'en inspirer plus largement afin d'apporter plus de justice à ceux qui vont nous suivre et subir les conséquences de nos actes.

Une version alternative consiste à regarder 3 générations en arrière et 3 générations en avant, afin de n'oublier personne.

J'ai déjà pu observer le changement en moi depuis que j'ai des enfants. La forme de responsabilité plus importante que je m'impose en essayant de penser à l'impact de mes décisions – au sens large – sur eux et leur génération. Il serait intéressant de pousser l'exercice un peu plus loin.

C'est aussi quelque chose que je pourrais imaginer apporter à mes clients, qui sont souvent sous l'injonction de regarder les impacts à très court terme uniquement.


  1. Une confédération de tribus des Premières Nations américaines. ↩︎

  2. Cette entreprise qui forme les gens à travailler avec des indigènes en parle très bien (en anglais). ↩︎