Tous avant lui

Avoir confiance, s'obstiner et reconnaître qu'on ne maîtrise pas tout

Quand rien ne semble fonctionner, je vais observer un casseur de pierres abattant sa masse sur un rocher une bonne centaine de fois sans lui infliger la moindre égratignure apparente. Mais au cent unième coup, le rocher se fendra en deux, et je sais que ce n'est pas seulement le dernier coup qui a fendu le rocher, mais les cent qui l'ont précédé.

— Jacob Riis1

C'est un beau message d'optimisme.

En pratique, on ne sait jamais à quel coup on est et à quel coup la roche va se fendre. On peut néanmoins avoir une confiance absolue que le processus va fonctionner et continuer.

Ça me dit aussi que ça n'est pas la force du coup qui est importante, mais l'obstination et la discipline2 de frapper toujours au même endroit pendant longtemps. Comme me l'a indiqué ma femme, cette métaphore fait penser à l'expression :

un succès du jour au lendemain qui a mis 10 ans à se construire (an overnight success 10 years in the making)

C'est aussi une leçon d'humilité pour le coach qui se prendrait pour un sauveur. Si j'accompagne quelqu'un et que j'ai la chance de participer au 101e coup de masse et que les changements sont spectaculaires, il serait probablement hâtif de penser que c'est ce seul coup qui a agi !


Illustration originale réalisée pour
  Faciliter le changement
Illustration originale que j'avais réalisée pour "Faciliter le changement"

Note : cet apprenti-sage faisait partie de la section « Faciliter le changement », que je rapatrie dans « Apprenti-sage ». J'ai préservé le contenu initial, corrigé les typos et reformulé parfois à la première personne, mais surtout ajouté des notes, notamment pour les citations de sources ou les liens avec d'autres idées.


  1. Jacob Riis, How the other half lives, 1890. ↩︎

  2. À relire : guerrier de la lumière et prédécision . ↩︎