États du moi

3 composantes de ma personnalité qui influencent ma communication

Les états du moi sont un concept d'Analyse Transactionnelle1 qui représente, selon Éric Berne, les 3 composantes principales de la personnalité : le Parent (P), l'Adulte (A), l'Enfant (E).

Plus précisément, c'est « un système de sentiments accompagné par un système lié de types de comportement."2 Dans la relation interpersonnelle, ces états communiquent entre eux et forment des transactions.

Assez naturellement,

  • quand je suis en P, je reproduis des schémas de figures parentales importantes pour moi – c'est le moi appris ;
  • quand je suis en A, j'ai des comportements et modes de pensée adaptés au contexte – c'est le moi expérimental ;
  • quand je suis en E, je reproduis des schémas tels que je les vivais enfant – c'est le moi senti.

Mais ça va plus loin en pratique, car j'ai pu développer des schémas en opposition avec, etc.

Certains états du moi se subdivisent.

Le Parent se divise en deux catégories opposées :

  • le Parent Nourricier – ou protecteur, donnant – qui protège, soutient ou encourage
  • le Parent Normatif – ou critique, persécuteur – qui donne les lois, les devoirs, le plus souvent sous une forme négative qui dévalorise ou maintient dans la dépendance

L'Enfant se divise en trois catégories :

  • l'Enfant Soumis – ou adapté – qui est sous l'influence du Parent Normatif
  • l'Enfant Rebelle – ou révolté – qui est en transition avec l'état suivant
  • l'Enfant Libre – ou naturel – qui est créatif, indépendant et spontané

Je peux exprimer alternativement chacun des trois états du moi en fonction des situations dans lesquelles je me trouve. Il ne s'agit ainsi pas uniquement d'un concept lié à l'éducation que je vais faire de mes enfants ou du rapport que j'ai avec mes parents ou bien avec les autres adultes.

Ainsi, dans mon travail, avec mes collègues, je peux me comporter en Parent Nourricier afin de créer un cadre d'autonomisation ou en Parent Normatif en imposant des principes très stricts de travail, ou en Enfant Soumis, en soutenant sans faille les décisions de la direction ou en Enfant Libre en faisant le clown, etc.

Sans rentrer dans le détail ici, le cœur de l'Analyse Transactionnelle est l'observation et le dénouement de ce qui se passe quand un état du moi chez une personne rencontre un autre état du moi chez une autre personne.

Ces transactions sont de plusieurs types :

  • simples complémentaires : je m'adresse à l'état du moi dans lequel l'autre se trouve – par exemple : « Tu aurais dû avoir fini de ranger ta chambre ! » (P-E) -> « Arrête de me pourrir la vie, je vais le faire ! » (E-P). Ces transactions ne causent pas de conflit et peuvent durer indéfiniment.
  • simples croisés : je m'adresse à un autre état du moi que celui dans lequel l'autre se trouve – par exemple : « Avez-vous pu rédiger le rapport ? » (A-A) -> « Arrêtez de me pourrir la vie, je vais le faire ! » (E-P). Ces transactions coupent rapidement la communication ou forcent à rééquilibrer les états.
  • doubles ou piégées : il y deux niveaux de transactions, un qui est apparent et un autre qui est non dit à un niveau psychologique, par exemple via du non verbal.
  • tangentielles : pour éviter une transaction simple croisée ou une transaction double, l'un des interlocuteurs répond à côté du message initial.

J'arrête là l'introduction au sujet, que j'avais besoin de documenter, de façon évidemment incomplète, mais suffisante pour de prochains apprenti-sage. La théorie3 va évidemment beaucoup plus loin, et s'est même adaptée au niveau de l'organisation4.


  1. À relire : positions de vie  ; nos drivers . ↩︎

  2. E. Berne, Des jeux et des hommes, 1967. ↩︎

  3. René de Lassus, L'analyse transactionnelle: une méthode révolutionnaire pour bien se connaître et mieux communiquer, 2013. ↩︎

  4. François Vergonjeanne, Coacher groupes et organisations - 2e éd. : La Théorie organisationnelle d'Eric Berne, 2015. ↩︎