Philosophie de vie

Ça ne doit pas rester dans la tête

Sur mon site, à la fin de chaque apprenti-sage, je décris ce processus d'écriture de la façon suivante :

Apprenti-sage est la collection des petites choses du quotidien qui me nourrissent, modifient mes modèles mentaux, affinent ma philosophie de vie et me guident sur mon chemin d'apprenti-sage.

Et lorsque je regarde ces presque 400 publications, je vois vraiment une intention d'évolution dans ma philosophie de vie.

Ces deux derniers mots sont importants : il ne s'agit pas de philosophie, mais de philosophie de vie.

Ma volonté n'est pas de rester dans une approche purement mentale, parfois déconnectée de la réalité. J'essaie de faire des ponts entre ce dont je prends conscience et ce que je peux en faire dans ma vie. Je tente un aller-retour entre une compréhension intellectuelle et une incarnation avérée.

Ainsi, par cette démarche, je ne souhaite pas faire de la recherche fondamentale, mais de la recherche appliquée. Je me vois plus dans un rôle d'ingénieur de ma vie que de chercheur de la vie. J'essaie de mettre de moi dans ce que j'écris et de mettre de ce que j'écris en moi.

Et je trouve beaucoup plus dur de faire de la philosophie de vie que simplement de la philosophie.

Heureusement, cette maxime de l'antique Épictète m'aide à rester au bon niveau :

N'explique pas ta philosophie, incarne-là.

Rien de tel qu'un bon stoïcien1 pour garder les pieds sur terre !

Cette incarnation est la clé de nombreux sujets comme l'éducation2, le professionnalisme3 ou encore la transition écologique4.

Être exemplaire et incarner, plus que raconter.

J'y fais défaut bien plus souvent que je ne le souhaite, mais ça reste une ambition toujours présente pour moi.

Car ce que je fais, c'est la différence entre qui je suis vraiment et celui que je dis être.