Transitions rapides

Améliorer sa capacité à switcher de contexte, notamment avec la maison

À quelques mois d'intervalle, je suis tombé sur deux articles qui n'ont rien à voir, mais qui défendent au fond la même thèse : il est particulièrement utile aujourd'hui de développer une compétence de transition rapide entre activités ou contextes.

Le premier article1 était sur les bénéfices de tenir un journal interstitiel pour augmenter sa productivité. Le principe est d'écrire quelques lignes dans mon journal chaque fois que je change d'activité ou de projet. Ainsi, je m'offre un petit espace rapide de récapitulation et de prise de hauteur.

Il cite le concept venant du basketball de next play speed, que l'on peut traduire maladroitement par vitesse du jeu suivant. C'est que certains coachs essaient d'apprendre à leurs athlètes : basculer très rapidement d'une logique d'attaque – où l'on se dirige vers le panier adverse pour marquer – à une logique de défense – où l'on revient vite pour empêcher l'autre équipe de marquer – et vice-versa. En basketball, ces transitions peuvent être extrêmement rapides et cette compétence à basculer rapidement, notamment bien maîtrisée par le grand Michael Jordan2, est essentielle pour faire la différence.

L'article défend l'idée qu'au-delà de cet objectif de switch rapide, ce qui est important ce sont les habitudes que je développe pour y arriver. Chez Jordan, c'est planter son pied pivot et changer de direction. Pour l'auteur de l'article, c'est écrire quelques lignes dans son journal.

Le second article3 était sur la nécessité, en tant que parent, d'apprendre à faire des transitions rapides entre ma casquette de professionnel au travail, avec potentiellement plein de sujets à gérer et de décisions à prendre, et ma casquette de parent à la maison, avec mes enfants à aider à grandir. L'enjeu est de réussir à laisser les problèmes professionnels à la porte de la maison.

Il part d'une remarque d'un coach exécutif, Randall Stutman, indiquant que cette compétence de switch est primordiale pour les leaders. Ils sont amenés à jouer de nombreux rôles dans différents endroits et contextes, et ne doivent pas emporter avec eux la dernière conversation dans le contexte suivant, surtout lorsqu'ils rentrent à la maison.

Ce sujet est d'autant plus important lorsque je travaille à distance, depuis chez moi. Je perds le sas des transports qui peut permettre de faciliter la transition. Et aussi parce que je suis indépendant et que mon temps de travail et mon temps de loisirs sont beaucoup plus entremêlés, notamment le week-end ou le soir parfois.

De façon intéressante, le premier article propose une solution au problème du second. Je n'ai jamais essayé de tenir un journal interstitiel, mais le concept est intéressant : écrire quelques lignes de description de ce que je viens de faire et des éventuelles prochaines étapes envisagées pour ce sujet plus quelques éléments sur ce que je compte faire maintenant dans le contexte qui suit.

C'est un vrai rituel qui demande de l'effort, mais qui a probablement beaucoup de bénéfices, notamment celui d'éviter de faire trois choses en même temps. Il recrée aussi ce petit sas de transition dans le couloir d'une salle de réunion à une autre ou du bureau à la maison.


  1. Lire l'article en anglais. ↩︎

  2. Voir cette vidéo . ↩︎

  3. Lire l'article en anglais. ↩︎