Les 20 premières heures

Certains disent qu'il faut 10 000 heures de pratiques pour devenir un expert de référence d'un sujet.

A l'autre bout du spectre et en lien avec la loi de Pareto, Josh Kaufman affirme que 20 heures bien employées peuvent permettre de devenir « suffisamment bon ». Il considère qu'il y a 4 étapes clés afin de maximiser l'acquisition rapide d'une compétence :

  1. Découper cette compétence en petites briques élémentaires (sous-compétences).
  2. Apprendre suffisamment au sujet de chaque sous-compétence pour être en mesure de pratiquer intelligemment et de s'auto-corriger pendant cette pratique.
  3. Identifier les obstacles (physiques, mentaux et émotionnels) à la pratique de compétence et les éliminer.
  4. Pratiquer les plus importantes sous-compétences pendant au moins 20 heures.

Ces étapes sont la mise en application de 10 principes qu'il propose :

  1. Choisir une compétence en lien avec un projet attirant et motivant.
  2. Concentrer son énergie sur une seule compétence à la fois.
  3. Décider du niveau d'expertise suffisant que l'on souhaite atteindre.
  4. Découper cette compétence en petites briques élémentaires (sous-compétences).
  5. S'assurer qu'on a réuni tous les outils nécessaires à l'apprentissage de cette compétence.
  6. Identifier les obstacles (physiques, mentaux et émotionnels) à la pratique de compétence et les éliminer.
  7. Dédier du temps à la pratique de cette compétence (notamment en annulant d'autres activités moins importantes).
  8. Mettre en place des boucles de rétroaction rapide sur son progrès.
  9. S'entrainer en sessions courtes et répétées dans le temps.
  10. Se concentrer sur la pratique rapide et la quantité plutôt que sur la perfection.

En quoi ça me parle

En se plaçant du point de vue des niveaux logiques de la pensée, le postulat de J. Kaufman qu'on peut apprendre des compétences de façon satisfaisante en une vingtaine d'heures ainsi que les conseils qu'il donne pour y arriver sont deux interventions aux niveaux « croyances » et « comportements ».

Or ces deux niveaux logiques encadrent le niveau même des compétences. Du coup, on pourrait se dire que cette « prise en sandwich » du niveau que l'on souhaite faire changer est une solution efficace pour arriver à ses fins.