Règle du pic-fin

Comment éviter de terminer en queue de poisson ?

Concept

J'aime transposer des concepts à des contextes très différents de leur origine pour en générer des apprentissages nouveaux. Les lois du design d'expérience utilisateur sont un bon vivier à adapter au développement personnel et professionnel.

Voici1 la règle du pic-fin, qui dit2 :

Les gens ont tendance à juger une expérience principalement par leur ressenti à son pic et à sa fin, plutôt que par l'ensemble des ressentis tout du long.

Réaction

C'est un peu le complémentaire de la première impression que l'on retient d'une personne, appliquée à une expérience.

Dans mon contexte, ça me fait penser à une erreur que j'essaie d'éviter, mais que je fais encore trop souvent : terminer trop rapidement une conversation. Que ce soit au téléphone, un atelier de travail, ou encore un coaching, il est primordial de garder du temps à la fin pour terminer proprement.

Ce problème est renforcé par le fait que le travail structure notre agenda en créneaux et qu'on passe d'une réunion à une autre, d'une conversation à une autre. Leur fin est ainsi définie arbitrairement, à la fin du créneau dévolu, plutôt que basée sur le contenu, car on a fini de se dire ce que l'on avait à se dire.

C'est d'autant plus complexe que la loi de Parkinson3 nous pousse justement à définir des créneaux arbitraires et courts…

Tout ceci est renforcé par les réunions à distance : on perd même le temps de trajet entre deux salles de réunions en se téléportant de l'une à l'autre, sans pause. Il manque ainsi ce mini-temps où je peux clôturer proprement une discussion.

Je dois prendre soin de garder un œil sur la montre, si le temps est compté, afin de prendre un petit moment à la fin pour intégrer ce qu'on a appris, voire ce qu'on a ressenti – et donc ramener le pic à la fin –, souvent définir une prochaine étape et faire preuve de gratitude pour le moment passé.

On appelle ça un moment de réflexivité ou check-out. Et une rencontre avec réflexivité laisse une tout autre expérience qu'une rencontre sans.

Même si ça prend du temps, ça a un pouvoir énorme dans un contexte d'équipe, par exemple à l'occasion d'un coaching, car ça va permettre d'ancrer chez chacun quelque chose.

Invitation

Qu'est-ce qui serait différent si je donnais plus de soin à la clôture d'une interaction ?


  1. Ceci est l'entrée 14 sur le thème de la transposition des lois de l'UX. ↩︎

  2. Traduction personnelle de la loi décrite ici . Issue de : B. Fredrickson et D. Kahnema, « Duration neglect in retrospective evaluations of affective episodes », Journal of Personality and Social Psychology, 1993, 65 (1) : 45–55. ↩︎

  3. À relire : loi de Parkinson↩︎