Le pourquoi du comment

Notre vision et de notre mission peuvent nous porter dans la vie

Cette citation de Friedrich Nietzsche vient en miroir de mon précédent apprenti-sage :

Celui qui a un pourquoi peut supporter tous les comment

Je pense qu'elle n'est pas très bien traduite et qu'on devrait en fait remplacer « pourquoi » par « pour quoi ». Une finalité plutôt qu'une cause.1

Je dis qu'elle vient en miroir car juste avant, j'évoque le sujet de se déculpabiliser parfois de ne pas avoir une mission de vie.2

Néanmoins, et je crois comme Nietzsche, même s'il n'est pas nécessaire d'avoir un « pour quoi », c'est très utile pour vivre plus sereinement.

En reprenant le modèle des niveaux logiques de la pensée3 de Dilts, on parle en fait de bien vivre le bas des niveaux – les interactions avec notre environnement – lorsque le haut des niveaux est clair et ancré. Et on comprend bien pourquoi : si on s'aligne sur le haut des niveaux logiques, le bas va se reconfigurer naturellement : on va développer des croyances, des compétences et des comportements qui soutiennent ce « pour quoi ». Ainsi notre perception du monde sera plus favorable et nous serons en capacité de faire des choses qui vont dans cette direction.

Ça paraîtra une évidence pour nous – nous ne nous en rendrons peut-être même pas compte – mais notre vie sera beaucoup plus facile à vivre dans ces conditions : nous relativiserons plus facilement nos soucis, nous aurons de l'énergie pour faire les choses, etc.

Ça donne envie !

Mais quel est donc la nature de ce « pour quoi » ?

On peut le décomposer en deux éléments distincts mais complémentaires : la vision et la mission.

La vision est ce que l'on souhaite profondément voir advenir dans le monde. Elle est souvent liée à nos besoins le plus profonds (qui ne sont pas toujours compatibles à 100%) : l'harmonie, la sécurité, la liberté, etc. En revanche, elle existe indépendamment de nous, elle n'est pas centrée sur nous.

Mais nous pouvons y contribuer : c'est notre mission. Celle-ci est une stratégie d'action que nous souhaitons mettre en place afin de maximiser les chances que notre vision se réalise. Elle repose notamment sur notre singularité. Notre histoire et nos expériences font de nous quelqu'un d'unique et ainsi, il y a des choses que nous sommes les seuls à pouvoir faire.

Notre mission est donc notre contribution unique à la réalisation de notre vision.

Comme le disait Henry David Thoreau :

personne n'a la responsabilité de tout faire, mais chacun doit accomplir quelque chose.4

Notre vision est peut-être commune à d'autres personnes (et tant mieux !) mais notre mission est complètement singulière et il serait dommage d'en priver le monde.


  1. cette substitution permet d'avoir une approche plus téléologique de la vie et ses effets sont nombreux ↩︎

  2. en lire plus directement sur le sujet de simplement être en paix ↩︎

  3. petit rappel sur les niveaux logiques ↩︎

  4. je préfère la version anglaise, un peu moins culpabilisatrice justement : One is not born into the world to do everything but to do something ↩︎